Puerto Natales

Croisière sur le fjord

Ça y est, finie la vie de château, l’agence a du trouver que nous leur coûtions un peu cher à trois, nous voici maintenant 12, ça va, cela reste un petit groupe. IMG_5852Notre guide est vraiment très sympathique et nous embarquons à bord du « 21 de Mayo»  pour une journée à la découverte des glaciers. L’équipage est sympathique, on nous offre un petit café et nous pouvons ensuite prendre le vent sur le pont… Nous avançons tranquillement dans le fjord, une colonie de cormorans et deux amoureux otaries plus tard, nous débarquons pour une petite balade qui nous mènera au pied du glacier « Balmacéda », nous avons été gâtés par les glaciers argentins, celui-ci nous semble moins imposant mais il est dans un environnement différent et dégage plus de douceur. On s’en approche en cheminant le long d’une forêt, mirabelles, fraises des bois, patati patata, belle occasion de découvrir la flore.  IMG_5942Le glacier a reculé en laissant des moraines qui forment un lac, toute cette nature sous le soleil est très apaisante, mais l’équipage nous presse « Vamos,… » et il est temps de regagner le bateau notre guide n’est pas avare d’explications, la faune la flore la géologie l’histoire du pays, elle est incollable. Cela fait 15 ans qu’elle a quitté la France sur son voilier avec son mari. Ils ont navigué,se sont posés, ont navigué et les voici tous les deux guides jusqu’au prochain changement de vie. En tout cas les échanges vont bon train, certains autour d’un whisky que l’équipage nous a généreusement servi. IMG_6079 Si j’aimais ça , je le mériterai bien, j’ai nettoyé les vitres du bateau sous l’oeil de l’expert …

Du haut de mon excellent espagnol, Je trouve les Chiliens moins faciles à comprendre que les Argentins. Par contre je comprends bien la guide… quand elle parle espagnol bien sûr. 14h30, c’est le moment de s’arrêter déjeuner dans une Estancia. L’endroit où nous débarquons est encore une fois magnifique, un décor de rêve pour installer cette halte gustative : Cordero asado, pollo , Hum. Comme d’habitude ici on ne nous sert pas de de demi-portion. Il est temps de repartir. Nous aurons la chance de voir (de loin) un condor. Jean-Claude affirme que c’est une femelle. La guide, intriguée par ses connaissances l’interroge « eh bien, Sigolène, tu n’as pas vu qu’elle était maquillée ! » Jean-Claude a beau avoir 80 ans, Il tient bien la route. Ce glacier chilien même s’il n’a pas la majesté de ses copains argentins nous aura tout de même bien séduit. Le soleil toujours le soleil on apprécie,d’autant que la Patagonie n’est pas la Côte d’Azur quand même. Sigolène nous confirme que les jours comme celui ci sont rares. Alors on savoure

  • Puerto Natales

Las Torres del Paine

Impressionnant, magique, grandiose, stupéfiant, surprenant, majestueux, extraordinaire, envoûtant dantesque ?  Il nous faudra piocher dans un de ces adjectifs pour décrire ce que nous avons ressenti tout au long de cette journée. IMG_6551 L’Unesco a classé réserve mondiale de la biosphère cet espace totalement inhabité où, glaciers, lacs et montagnes majestueuses se disputent la vedette avec une faune diverses . De découvertes en découvertes d’ émerveillements en émerveillements, nous avons été gâté par le dieu éole qui ne vous a pas trop dérangé, par le dieu soleil qui nous a accompagné, et par le dieu des animaux qui nous a laissé voir quelques espèces vivants en Patagonie. Le premier guanaco nous tous fait jaillir du bus sous le sourire de la guide qui nous affirmait qu’il y en avait des centaines d’autres plus loin. Des aigles et d’autres rapaces ,des vautours et des Condors en train de se régaler d’une carcasse .Aux jumelles c’était fabuleux à observer. IMG_6214 Bien sûr comme des gamins nous en réclamions encore plus à notre guide qui réussit quand même à nous dégoter un Tatou. Les guanacos qui galopaient à droite et à gauche ne nous suffisaient plus et nous réclamions le puma. Dominique a fini par le trouver au coin du bois, En photo bien sûr ! Nous avons fait le tour de las Torres del paine, allant de merveille en merveille Toutes ces montagnes qui se détachent sur un ciel bleu, surplombant lacs et cascades dégageaient quelque chose d’indéfinissable.

  • Condors en festin

Tiens en parlant de cascades, je cheminais avec Sigolene , Je la vis soudain se mettre à courir. N’écoutant que son courage elle partit à tout allure dévala le sentier et alla récupérer Domi qui tout tranquillement photographiait la cascade d’un peu trop près,  » no pasa » décidément, l’espagnol ne lui parle pas… En fait, le danger c’est le vent, il paraît qu’une bourrasque peut faire se coucher un bus ! Alors Domi !

  • Torres del Paine


Commentaires fermés.